«Jardinons nos rues» avec l’association Rennes Jardin - Rennes

A l'origine

En octobre 1995, la démolition d'une maisonnette, rue de l'Alma à Rennes, suscite une vive émotion auprès de l'association Rennes Jardin. Cette destruction est liée à la restructuration de ce grand axe de circulation sous lequel va circuler le futur métro de Rennes. Quelques jours plus tard, les membres de l'association vont intervenir sur le site de manière originale : armés de pelles et de pioches, ils vont planter sur ce terrain de 200 m2 des ifs, des merisiers et des troènes ! Cette plantation symbolique d'arbustes sur un espace public est leur manière de protester contre la décision de la mairie. Un deuxième terrain laissé libre après la démolition d'une autre maison, rue Dom Morice, va subir les assauts des jardiniers. Des arbustes vont, là aussi, être plantés.

Déroulement des opérations
Les services techniques et les élus de la Ville de Rennes vont, dans un premier temps, refuser ce type d'actions en arguant de l'interdiction d'intervenir sur un espace public. Néanmoins, les plantations ne seront pas détruites et la ville va entourer les deux parcelles d'une petite clôture en bois. Dans un deuxième temps, des rencontres entre le service des Jardins et l'Association vont conduire à réfléchir à l'intérêt de jardiner certains espaces délaissés. Une convention va être discutée pour aboutir à la "contractualisation d'actions visant à permettre la végétalisation à titre précaire du domaine public routier communal". L'article 1 stipule "qu'à la demande de l'association Rennes Jardin, la Ville de Rennes met à la disposition de celle-ci certains espaces du domaine public en vue de les végétaliser : pieds d'arbres en terre ou en sablé, espaces en terre non végétalisés, trottoirs, îlots ainsi que pieds de façades et de palissades. Cette végétalisation englobera la plantation de végétaux et leur entretien suivant les conditions définies dans la présente convention".
L'objectif est donc de permettre aux habitants de prendre en charge leur environnement proche (pieds de murs et d'arbres, palissades, interstices, petits espaces en terre non végétalisés), de jardiner les rues du quartier afin que les murs et les trottoirs en "verdissent de plaisir" : "faire courir une glycine sur une clôture, habiller un pignon ou la boîte d'un compteur, masquer une gouttière par une clématite, un rosier, tapisser le pied d'un arbre de rue d'un géranium vivace... c'est rendre plus joli son cadre de vie." Cette action vise également à faire changer les représentations sur l'herbe en ville, synonyme de saleté, de manque d'entretien et à lutter contre la maladie du «tout propre».

Côté habitants
Même si la convention est en phase d'être signée, l'association Rennes Jardin n'a pas attendu pour commencer la sensibilisation. Deux réunions d'information sur ce thème, organisées en 1997 et 1998, ont réunies une cinquantaine de personnes à chaque fois. Par ailleurs, l'association a convié, à deux reprises, les riverains à participer à des ballades dans le quartier. Des conseils sur le choix des plantes vont être donnés aux habitants intéressés par cette démarche. Certaines recommandations doivent être respectées : "obtenir l'autorisation préalable de la ville de ne pas creuser à plus de 15 centimètres de profondeur, de ne pas utiliser de produits chimiques..."

Ou en est-on?
L'Association s'est engagée dans le cadre de cette convention à aller jusqu'au bout de la démarche et à ne pas rester dans une attitude de seule contestation. Pour une association composée uniquement de bénévoles, ce travail est lourd. D'autant que le plus difficile reste à faire : intéresser et convaincre les habitants qui ne sont pas d'emblée acquis à cette idée de végétation "spontanée" dans la ville. Il s'agit aussi de persuader le service des Rues de la Ville de Rennes de ne pas supprimer les plantations en nettoyant les trottoirs.
La Ville de Rennes réfléchit de la même manière à l'intérêt de réaliser des plantations au pied des murs pour lutter contre les tags et les dégradations de lieux publics. Une dizaine de sites ont ainsi fait l'objet de plantations au printemps 1999 : gymnases, équipements de quartier...

Budget de l'opération
Les premières plantations sur les deux terrains ont été réalisées avec des végétaux récupérés chez un pépiniériste. Les autres plantations sont le fait des habitants, lesquels fournissent les plants, les tuteurs éventuels, arrosent et entretiennent.

Le premier enjeu, difficile à mettre en œuvre, est de faire changer dans les mentalités la perception de l'espace public. Il devient un lieu où l'habitant est susceptible d'intervenir tout en respectant certaines règles. Le deuxième est de faire accepter un autre mode d'entretien des rues, tolérant la présence en ville d'herbe, de plantes sur les trottoirs et au pied des arbres.

Contacts :
Association Rennes Jardin,
52 rue Villiers de l'Isle Adam
35000 Rennes - Tél. 02.99.51.59.32
Ville de Rennes, service Jardins - Tél. 02.99.28.55.55

Cette expérience est relatée intégralement dans le document "Jardins des Villes - Jardins des Gens" consultable dans lea rubrique téléchargez du réseau grandouest
Remerciement au groupe "Éducation à l'environnement urbain en Bretagne" qui nous a aimablement autorisé à diffuser ces expériences sur le site.

Vous avez la possibilité de vous procurer le document auprès de l'Office social et culturel rennais - 6 cours Alliés 35000 RENNES (PAF de 20 F en timbres pour les frais de port)


retour