Green Guerillas : Rêves de jardins dans une grande pomme

Résumé de l'expérience présentée à Lille les 23 et 24 octobre 1997 par Steve FRILLMAN, Directeur Général des Green Guerillas (New York), lors du premier forum du jardinage et de la citoyenneté.

Le nom des " Green Guerillas " ne vous est peut être pas inconnu : peut-être avez-vous lu des articles sur eux, ou bien avez-vous vu le film " Green Card " où Gérard Depardieu obtient son permis de séjour aux États Unis grâce à Andie Mc Dowell. Alors, peut-être vous souvenez-vous que cette dernière travaillait pour les Green Guérillas. Pour vous expliquer qui ils sont et ce quils font, nous devons remonter un peu l’histoire.

Au commencement était la pomme ...

La ville de New York City fut très lourdement touchée par la crise économique des années 70. L’une des conséquences fut que de nombreux propriétaires ont préféré purement et simplement abandonner leurs immeubles, laissant le soin à la municipalité de les prendre en charge. Mais comme la municipalité n’avait pas les fonds nécessaires à leur entretien, et comme les immeubles étaient souvent sur le point de s’écrouler, la ville a décidé de raser des centaines de buildings. L’entretien des squares était, pour ainsi dire, inexistant à l’époque. Si bien que les habitants des quartiers les pus défavorisés n’avaient accès à aucun espace vert où ils pouvaient se sentir en sécurité.

New York

Dans cette ambiance semblant vouée à la morosité, une femme, Liz Christy, a voulu réagir : obtenir l’aide de ses amis pour nettoyer ces parcelles abandonnées et créer des jardins communautaires. L’une de leurs toutes premières actions fut de jeter des bombes de graines à travers les grillages de ces espaces. Il ont continué avec de petites actions ici et là : ils ont planté des arbres, planté des fleurs sur les rebords des fenêtres, peint des lierres sur les façades des immeubles et ont commencé à parcourir New York pour faire de nouvelles recrues. Quand ils ont été assez nombreux, ils ont pu tourner leur attention vers de plus grands espaces abandonnés pour les transformer en "jardins communautaires".

Depuis le tout début, les Green Guerillas ont réalisé que la ville de New York, comme toutes les grandes concentrations urbaines du monde, était truffée de personnes pleines de talents. Ils se sont alors mis à soutenir des gens de tous horizons et de tous âges pour qu’ils travaillent ensemble à créer leurs propres jardins communautaires. Les Green Guerillas étaient là pour apporter aide et soutien, mais c’étaient les gens du quartier qui se rencontraient et décidaient ce qu’ils voulaient faire pour leur environnement. En général, c’est à l’aide d’objets récupérés qu’ils posaient les premières bases de leurs jardins.

Leur premier projet de grande ampleur - en 1973 - a été l’aménagement d’un espace à l’angle des rues Bowery et Houston. Ce jardin, dédié maintenant à la mémoire de Liz Christy, est magnifique, comparable aux plus beaux espaces verts de New York. Le groupe de bénévoles qui s’en occupe ne dépense pas plus de 10 000 FF par an pour son entretien et son embellissement. Ils reçoivent des dons en nature (plantes, matériel) d’une valeur d’une dizaine de milliers de francs. Ce jardin fait maintenant office de " jardin modèle ", qui peut être visité, où l’on peut apprendre des techniques de jardinage et prendre des brochures d’information. C’est également un lieu de détente. Les Green Guerillas utilisent une section du jardin pour y rassembler les dons en plantes et matériels et distribuer ces biens de valeur entre les jardiniers communautaires.

Plus de 1 000 jardins communautaires

Aujourd’hui, New York compte plus de 1000 jardins communautaires à tous les coins de la ville. Vous serez véritablement surpris de découvrir des jardins remarquables dans les quartiers les plus démunis. Ces jardins communautaires sont créés par des groupes de gens divers et variés, qui se rassemblent, luttent, transpirent et finalement créent une réalisation de leurs imaginations collectives. Et comme les jardins communautaires sont entretenus par les gens du quartier, il y a toujours quelqu’un pour en prendre soin.

Que fait-on dans les jardins ? On célèbre le printemps et Halloween. On fait des festivals. On exprime des opinions politiques et des visions artistiques. On crée des oeuvres d’art à l’image de son jardin. On construit des créatures sympathiques. On se marie, mais on ne sait pas combien de temps les mariages durent.

Les enfants adorent jardiner dans les jardins communautaires. Ils ont le courage de rêver à de Grands Rêves. Avec un tout petit peu d’assistance de la part des adultes, ils plantent, apprennent et grandissent en même temps que le jardin.

Les jardiniers communautaires font pousser des fruits et légumes qu’ils distribuent ensuite à leurs voisins. Dans certains jardins, presque une tonne d’aliments pousse chaque année. Certains jardins ont même des ruches qui produisent leur propre miel.

Les jardins communautaires sont également utilisés pour faire de l’éducation à l’environnement : on peut y apprendre à créer des systèmes de compost pour recycler les déchets alimentaires, ou faire des " workshops " pour familiariser ses voisins aux problèmes de l’environnement.

Malheureusement, la plupart des 750 jardins qui sont sur des terrains appartenant à la ville de New York risquent la destruction dans les quelques années à venir. Le plan d’occupation des sols que la municipalité utilise pour établir ses plans de construction n’inclue pas les jardins communautaires. Ils sont désignés comme "espaces vacants".

Les Green Guerillas sont donc forcés de se battre pour préserver un avenir aux jardins en faisant des campagnes d’information et en s'impliquant dans des manifestations. Ils espèrent ainsi convaincre la municipalité qu’elle devrait travailler avec eux pour préserver les jardins.

Contacts : Joseph EISMAN - Green Guerillas
625 Broadway - NY 10012 - NEW YORK - ETATS UNIS
Tél : 00 1 212 674 81 24 - Fax : 00 1 212 505 86 13


Retour